EN
Marie Glaize questionnaire
Un questionnaire est distribué à mon entourage. Occupés par leurs réponses, les participants tracent sans y penser deux formes de coches. Celles-ci sont ensuite extraites et réutilisées pour fabriquer un outil qui, à la façon d’une règle Mecanorma, offre 49 graphies différentes pour cocher et valider.





Marie Glaize questionnaire

Signes de coches extraits des questionnaires remplis.



Marie Glaize questionnaire
49 façons de valider, 2018
découpe laser sur plexiglass, 14,8x21cm
édition de 15 exemplaires


«La transaction est l’opération centrale des propositions artistiques de Marie Glaize [...].
L’un des projets récents commence ainsi par un sondage dont l’enjeu n’est pas le contenu des réponses mais la graphie des signes par lesquels les participants ont cochés le questionnaire. Cette première phase est donc faiblement collaborative puisque les participants acceptent de donner un peu de temps et d’attention mais leur contribution effective se limite finalement à produire une collection de coches. Les réponses au sondage ne sont pas une véritable collaboration, mais il y a bien eu transaction. Une fois la typologie des coches établie, Marie Glaize édite une sorte de règle Mecanorma dont l’usage engage une autre transaction. Sous le titre «49 façon de valider» la règle sera disponible pour répondre à de prochains formulaires. En arrière plan il est bien sûr question de normes, de choix prédéterminés, de validations et de consentements, qui sont constitutifs de toute transaction [...].
Une œuvre n’est d’art que dans la dynamique du processus d’interprétation qu’elle engage. Les objets transactionnels activent un processus d’interprétation qui ne requiert pas de postures contemplatives mais bien plutôt un emploi et des usages. Le sens n’émerge pas ici d’une saisie optique mais davantage d’une prise en main et d’une utilisation. Les objets transactionnels peuvent être considérés comme des outils qui produisent un sentiment de communauté. Leur activation ludique inspire l’indéniable plaisir agrégatif d’une véritable complicité esthétique.»

DeYi Studio (Xia Yilan & Paul Devautour) Shanghai, le 30 avril 2018